27 Oct

Lutte contre le gaspillage alimentaire, Repas équilibrés et économiques… le nouveau partenariat avec l’association DLC Bocage Vendéen !

     Début octobre, un nouveau partenariat s’est tissé entre l’association Escales ouest et l’association DLC (Détournement Libre de Consommables) Bocage Vendéen.

Cette dernière lutte contre le gaspillage alimentaire en travaillant avec les commerçants qui mettent à disposition leurs invendus. Des distributions sont ensuite proposées aux particuliers ou aux associations. C’est donc tous les mardis que les bénévoles de l’association DLC livrent des colis de fruits et légumes aux deux résidences Habitat Jeune de La Roche Sur Yon.

Développer cette initiative permet de répondre à plusieurs besoins : Apprendre à cuisiner des légumes, manger mieux et pas cher ! L’idée est également de sensibiliser les jeunes au gaspillage alimentaire.

Certains résidents viennent récupérer des fruits et des légumes pour les manger ou les cuisiner chez eux, d’autres profitent de la nouvelle cuisine pour préparer à plusieurs des plats communs. Des recettes (1EURO1REPAS) ont été mises à disposition des résidents pour qu’ils se préparent de plats économiques.

Un nouveau partenariat qui allie donc économie, écologie, lutte contre le gaspillage alimentaire, santé et partage !

 

Les résidents ont la parole !

       « Depuis quelques temps on reçoit des fruits et légumes dont chacun peut profiter dans notre grande cuisine. Ça évite le gaspillage et comme ça on peut manger un peu plus équilibré… Double avantage pour une double satisfaction ! » Gwélane

«L’arrivage des fruits et légumes à Rivoli ont un peu révolutionné les choses pour moi et les autres. Loin d’être cuisinier dans l’âme, il a été compliqué pour moi de me familiariser avec la consommation de fruits et légumes mais avec du temps, j’ai vu les autres résidents réaliser des plats simples et bons en les utilisant, ce qui m’a donné envie également et a créé une vraie dynamique de motivation.

Il est sûr que c’est plus sain de consommer des produits non transformés. 

C’est donc une bonne nouvelle d’un point de vue santé.

D’un point de vu, économique cela réduit les dépenses en autres denrées.

D’un point de vu écologique cela évite clairement le gaspillage mais aussi au niveau sociabilité car le fait de cuisiner est un moment de partage : que ce soit le partage de savoir-faire et recette comme le simple temps partagé avec les autres pour décompresser de la journée. Finalement, je pense que ça correspond aux valeurs premiere d’escales ouest et c’est une bonne initiative»  Antoine

venenatis ultricies adipiscing libero. elit. suscipit elementum risus. mi, sem,